Page d'accueil E-mail Glossaire Librairie Votre Avis Sites Jumelés
Éthique & Liberté - Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
L’apologie du soupçon  

Page    1  |   2  |   3  |   4  |   5  |   6  |   7  |   8  |   9  |   10  |   11  |   12  |  

 

 

CAMPAGNE POUR
UNE FRANCE SANS DROGUE

 

    La drogue est aujourd’hui descendue dans la rue. C’est donc dans la rue que l’association Non à la drogue, Oui à la vie, subventionnée par l’Église de Scientologie, a lancé l’été dernier, à travers toute la France, une campagne sans précédent pour informer le public.

 

    Lorsqu’en 1860 Charles Baudelaire vantait les mérites des Paradis artificiels que procuraient pour lui l’usage de l’opium et du hachisch, il parlait pour lui-même et quelques rares initiés. L’accès à la drogue en cette seconde moitié du XIXe siècle ne concernait guère la population dans son ensemble, encore moins la jeunesse. Un siècle plus tard, à Woodstock, lors du plus grand rassemblement de jeunes autour de la musique populaire, c’est toute une génération qui découvrit les paradis artificiels et leur corollaire, les enfers bien réels ! Les sixties ont d’abord été un formidable déferlement de création musicale qui a embrasé des millions de jeunes gens. Le message principal de cette époque était une soif de grandeur, de bonheur et probablement d’amour.

     

    « All we need is love »

    C’est dans cette même période de conquête de l’espace et de quête d’une vie extraterrestre que les grandes nations se sont concertées pour envoyer dans l’espace un satellite qui pourrait éventuellement être recueilli par d’autres formes de vie. Ce satellite poursuit encore aujourd’hui son périple hasardeux. Chaque grande nation avait fourni alors un élément significatif de sa vie ou de son histoire. La nation anglaise n’avait pas envoyé de photographies de la tour de Londres, ni de l’abbaye de Westminster. Elle avait tout naturellement choisi pour message la chanson des Beattles All you need is love. Simple et universel.

    Difficile d’imaginer qu’une telle grandeur, à la fois technologique mais aussi artistique et spirituelle, puisse à ce point côtoyer la décadence des années qui suivirent. Décadence de la morale, de l’éducation, de l’instruction. Le trait de génie de cette époque de grandeur était donc souillé ! Comment ? À Woodstock, pendant ce concert de 48 heures, animé par les plus grands musiciens populaires de l’époque, le joint circulait librement, la police ne disait rien. Et bientôt le bonheur naturel de all you need is love a croisé le feu avec les paradis artificiels pour croiser ensuite le fer avec des descentes insupportables qui font ressembler l’enfer du diable à une image d’Épinal.

     

    Quand le ciel bas et lourd…

    Le mouvement spirituel, car mouvement il y eut, s’était heurté aux desseins des marchands de chaos qui avaient entrepris d’enfermer ces univers qui fonçaient vers les étoiles dans des pilules de LSD, des joints de hachisch, dans un enfer au jour le jour pour la quête de ce qui fera monter le soir puis de ce qui atténuera la descente au petit matin, dans un monde qui ressemblera très vite à ces mots de Baudelaire :

    « Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
    Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
    Et que de l’horizon embrassant tout le cercle,
    Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits. »

    « Je ne sais pas comment parler de la drogue
    à mon fils,
    à mes petits-enfants, aux jeunes de mon
    quartier… »
    La drogue est entrée aujourd’hui par la grande porte de notre société avec pour cible la jeunesse. Terriblement démocratisée par son coût modeste, elle est passée brutalement du salon à la rue, et ce faisant elle touche aujourd’hui toutes les couches de la société. Banalisée de surcroît par des campagnes de propagande visant à distinguer drogues dures et drogues douces et parlant également d’une possible légalisation des drogues douces, la drogue fait son chemin insidieux dans la vie au jour le jour, à tel point qu’il est fréquent de voir des jeunes fumer un joint dans un lieu public ou dans un train, sans même se cacher.

     

    La campagne Non à la drogue, Oui à la vie

    Puisque la drogue est parvenue dans la rue, il est donc tout à fait naturel que la rue soit le terrain de prédilection de la campagne d’information de l’association Non à la drogue, Oui à la vie.

    L’association Non à la drogue, Oui à la vie, subventionnée par l’Église de Scientologie, a lancé en juillet et août derniers une campagne sans précédent pour informer le public des dangers du joint et de l’ecstasy, les drogues les plus en vogue chez les jeunes aujourd’hui.

    Affiche sur le livret "La Vérité sur le joint !"Tout d’abord, à Paris et dans la région parisienne, une campagne d’affichage a permis de faire connaître à des milliers de personnes un numéro de téléphone à utiliser pour se procurer les livrets La Vérité sur le joint et Ecstasy, le traître démasqué.

    À en juger par l’avalanche d’appels reçus au standard de Non à la drogue, Oui à la vie, émanant de parents et de jeunes, aussi bien que de médecins et de responsables d’associations, il existe une très forte demande pour une information véritable sur les drogues.

    « Je ne sais pas comment parler de la drogue à mon fils, à mes petits-enfants, aux jeunes de mon quartier… Pouvez-vous m’envoyer vos livrets ? »

    Par ailleurs, 1 600 acteurs en matière de toxicomanie, dont une majorité de médecins, ont reçu une brochure intitulée La Réhabilitation d’une société droguée, présentant les découvertes de Ron Hubbard sur les drogues et proposant une solution pratique et efficace pour sauver les toxicomanes du piège des drogues.

    Mais plus percutante encore fut la campagne du groupe Excalibur, emmenée par Jean Tox, porte-parole de la Campagne pour une France sans drogue. Le groupe a profité de sa tournée d’été pour donner des concerts bénévoles dans 35 villes des côtes méditerranéennes et atlantiques, au cours desquels les livrets sur le joint et l’ecstasy étaient abondamment distribués.

    Parmi les faits marquants de cette tournée : un concert donné dans un kiosque à musique de la ville de Nice, face à la promenade des Anglais, et l’impact considérable d’Excalibur jouant sur la Croisette à Cannes à proximité du palais des Festivals.

    Pour résumer ses impressions sur cette extraordinaire campagne d’été, Jean Tox a déclaré : « Alors que, comme le dit Ron Hubbard, la drogue est le facteur principal de dégradation de notre culture, il est rassurant de constater qu’un très vaste public, et notamment les jeunes, accueille avec gratitude nos actions qui visent à prouver qu’une vie sans drogue est plus belle. »

     

    Pétitions

     

    À la recherche de points de repères et d’informations véritables, aujourd’hui les jeunes ont le droit de savoir que les drogues détruisent la conscience et altèrent la personnalité. Ainsi pourront-ils se déterminer en toute connaissance de cause face à ce fléau.

    Tout ce que nous leur souhaitons est de ne pas tomber dans ce piège d’un paradis artificiel, sans espace, sans but et sans futur et de troquer cet enfer contre des lendemains qui chanteront All we need is love, le regard tourné vers les étoiles !

    Vous pouvez recevoir gratuitement les livrets La Vérité sur le joint et Ecstasy, le traître démasqué, en écrivant à l’association Oui à la vie, Non à la drogue, 16b, passage de la Main-d’Or, 75011 Paris, ou en téléphonant au +33 (0)1 44 74 61 68.

 
 
 
 

Précédente Suivante
Haut de la page

 

| Précédente | Sommaire | Page d'accueil | Suivante
| Sites Jumelés | Point de Vue | Librairie | Glossaire |
| Présentation | Plus sur la Scientologie |

editeur@freedommag.org

© 1998-2004 Éthique & Liberté. Tous droits réservés.
Informations sur les marques déposées
Recherche
Ethique & Liberté
 

 
 Version text et  images

n° 34 Des fonds publics pour la HAINE n° 33 Les RG : un service incontrôlé
n° 32 La MILS sous les Tropiques n° 31 Le vrai visage de l'extrémisme n° 29 Victoire pour la scientologie
n° 28 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux n° 27 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la Démocratie n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 13 Un Gouvernement sous influence n° 12 L'apologie du soupçon n° 11 Une victoire pour la liberté de religion qui provoque de bien étranges réactions

 
 Version PDF

n° 27  Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la démocratie - la France s'apprête à voter une loi d'exception n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 12 L'apologie du soupçon

 
 Télécharger Acrobat