Page d'accueil E-mail Glossaire Librairie Votre Avis Sites Jumelés
Éthique & Liberté - Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
Un Gouvernement sous influence  

Page    1  |   2  |   3  |   4  |   5  |   6  |   7  |   8  |   9  |  

 


 

QUAND LA RUMEUR...

 

Assemblée nationale & corbeau

    La Commission d’enquête parlementaire sur les sectes Guyard/Gest a présenté en janvier 1996 un exposé indéniablement accusateur. Vivement critiqué dès sa publication, tant pour la méthode employée que pour ses conclusions, ce rapport était-il en réalité un rapport bâclé ?

    Quel est l’objet du rapport ? L’étude d’un phénomène social. Or la commission a retenu des critères policiers comme seule approche possible !

    Voilà ce qu’écrit Patrick Rougelet, ancien commissaire des Renseignements généraux (1) :

    « Les RG, sur la question, n’avaient pas grand-chose. En catastrophe, il a fallu fabriquer « un rapport ». Un fonctionnaire s’est chargé de compiler les travaux faits par d’autres, notamment par les gendarmes […] Le rapport des RG sur les sectes a ensuite inondé toutes les rédactions, comme un document de référence. »

     

    Changer le sens des mots

    Juger ce que l’on ne connaît pas :

    « Visiblement, les travaux de la Commission ont été très sommaires. […] Elle reconnaît elle-même n’avoir qu’une très faible connaissance du phénomène qu’elle analyse […] Peut-on sérieusement soutenir qu’il faut combattre un phénomène que l’on ne connaît pas réellement ? » commente un professeur agrégé de droit public.

    Où sont les sociologues ? Les spécialistes des religions ? Tout simplement absents. La Commission, au cours de ses 6 mois de travail, a procédé à vingt auditions, pour une durée globale de vingt et une heures. De quoi laisser rêveur.

     

    Un rapport bourré de contradictions

    La commission « a été confrontée à la difficulté de définir le terme de secte ». Qu’à cela ne tienne ! Puisque ce mot n’a pas de définition dans le droit français, la commission a écarté l’approche juridique.

    Mais cela ne l’a pas empêché de recommander des mesures qu’un gouvernement totalitaire ne renierait pas : si les sectes ne violent aucune loi, alors changeons les lois !

     

    Liste noire 

    Condamnés sans procès, et donc sans appel possible, 172 groupes se sont retrouvés jetés en pâture à l’opinion publique. Dans un courrier récent, le Ministre de l’intérieur rappelle que le rapport parlementaire de MM. Gest et Guyard « n’a pas d’effet juridique », et ajoute :

    « Aucun groupement n’a donc jamais été classé comme secte par la République ».

    Cette liste comprend aussi bien l’Église baptiste dont fait partie le président Clinton que des communautés catholiques ou bouddhistes. À titre d’exemple, les deux tiers des membres du congrès américain appartiennent à l’un ou l’autre des mouvements étiquetés par la commission comme sectes !

    Cette liste noire a déclenché une véritable chasse aux sorcières médiatique et encouragé la violence. Quelques jours après sa publication, une bombe était déposée devant les locaux parisiens de l’Église de l’Unification, suivie quelques mois plus tard par une explosion dans les locaux d’un autre mouvement religieux. Début 1997, une autre bombe était déposée dans l’Église de Scientologie d’Angers.

    La commission parlementaire, dominée par l’arbitraire et les préjugés, a violé de façon délibérée le principe de la neutralité de l’État et de la liberté de conscience. Le rapport de 1996 était un premier pas vers un véritable droit de persécution envers les citoyens mal pensants. Or les membres les plus extrêmes de la commission, qui ne font pas mystère de leur militantisme anti-sectes, ont été nommés en tant que personnalités qualifiées (?) membres de l’Observatoire interministériel.

    Faut-il y voir la volonté de l’État d’instaurer un apartheid religieux, ou veut-on simplement détourner l’attention des citoyens des vrais problèmes ?

 

    (1) RG, La Machine à scandales, Albin Michel

Précédente Suivante
Haut de la page

 

| Précédente | Sommaire | Page d'accueil | Suivante |
| Sites Jumelés | Point de Vue | Librairie | Glossaire |
| Présentation | Plus sur la Scientologie |

editeur@freedommag.org

© 1998-2004 Éthique & Liberté. Tous droits réservés.
Informations sur les marques déposées
Recherche
Ethique & Liberté
 

 
 Version text et  images

n° 34 Des fonds publics pour la HAINE n° 33 Les RG : un service incontrôlé
n° 32 La MILS sous les Tropiques n° 31 Le vrai visage de l'extrémisme n° 29 Victoire pour la scientologie
n° 28 Intolérance : la France sous surveillance n° 27 Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la Démocratie n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 13 Un Gouvernement sous influence n° 12 L'apologie du soupçon n° 11 Une victoire pour la liberté de religion qui provoque de bien étranges réactions

 
 Version PDF

n° 27  Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la démocratie - la France s'apprête à voter une loi d'exception n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 12 L'apologie du soupçon

 
 Télécharger Acrobat