Page d'accueil E-mail Glossaire Librairie Votre Avis Sites Jumelés
Éthique & Liberté - Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
La France mise à l'index  

Page    1  |   2  |   3  |   4  |   5  |   6  |   7  |   8  |   9  |   10  |   11  |   12  |   13  |   14  |   15  |   16  |   17  |   18  |   19  |  

 

 

LA JUSTICE, DERNIER REMPART

 

Assemblée Nationale
Scène de l’Inquisition. La commission Guyard, qui a établi la liste noire du religieusement incorrect, a ouvert la voie à l’Inquisition moderne.

 

    Le pouvoir judiciaire pourra-t-il résister longtemps à la campagne de haine orchestrée contre les minorités religieuses qui gagne les autres branches du pouvoir ?

 

    ALORS QUE le gouvernement cède à la pression médiatique savamment entretenue par certains lobbies, les tribunaux ne s’intéressent qu’aux faits, dans la mesure où ceux-ci relèvent de la loi. Ils sont le dernier bastion protecteur pour tout citoyen accusé à tort par des groupes d’influence et cloué au pilori par les médias.

    Le tribunal d’Aix-en-Provence a rempli sa mission de justice en rendant un jugement serein le 11 janvier dernier, malgré d’intenses pressions sociales et politiques.

    Ignorant six années de calomnies répandues par les ennemis de la liberté de croyance, le tribunal a relaxé 22 membres du mouvement La Famille (communauté chrétienne vivant selon la Bible). Le dossier objet de la relaxe comportait des accusations variées dont celle d’abus sexuel sur la personne de leurs propres enfants.

    Bien avant que le député Jacques Guyard n’ait inscrit, en 1996, La Famille sur sa liste noire du religieusement incorrect, liste aujourd’hui discréditée, lui-même et d’autres avaient déjà œuvré à la destruction de ce mouvement.

    Les accusations portées contre La Famille à Aix-en-Provence avaient donné lieu en 1993 à une perquisition musclée de la gendarmerie, poussée à l’hystérie par le front extrémiste anti-sectes : Guyard - ADFI.

 

    Des pratiques dignes de l’Inquisition

    La violence de la perquisition avait choqué les autorités religieuses du monde entier. Le très respecté Pr Gordon Melton, historien des religions, écrivait alors : « Plus de 200 policiers, brandissant des haches et des armes automatiques, entrèrent dans leurs maisons le matin du 9 juin 1993. Cinquante adultes et quatre-vingt-dix enfants furent mis en garde à vue. Ils menottèrent les parents et les traînèrent sans ménagement dans une allée de graviers sous les yeux de leurs enfants. Une adolescente de 15 ans resta en sous-vêtements, menottes aux poignets, pendant quatre heures. Durant les deux jours qui suivirent, les membres de La Famille furent soumis à des interrogatoires intenses, et le commissaire leur fit part clairement à ce moment-là de son intention de détruire les « Enfants de Dieu » (ancien nom de La Famille, ndlr), de leur retirer la garde de leurs enfants et de les emprisonner. Pendant ce temps-là, les plus jeunes furent emmenés dans des centres aux allures de forteresses, et furent cuisinés sans pitié. »

    Une adolescente
    de 15 ans resta
    en sous-vêtements,
    menottes aux poignets, pendant quatre heures.
    Six ans plus tard et à la lumière de la décision du tribunal d’Aix-en-Provence, donner le nom de bavures à ces exactions serait bien en dessous de la vérité.

    L’organisation internationale Human Rights Without Frontiers (HRWF, droits de l’homme sans frontières, ndlr) souligne que dans cette affaire, le système judiciaire a rendu la justice en dépit des pressions intenses du gouvernement visant à en faire un procès en hérésie.

    L’HRWF déclare : « La décision est particulièrement encourageante, compte tenu du fait que le ministre de la Justice française avait auparavant envoyé une circulaire aux juges les incitant à soutenir la mission gouvernementale de « lutte contre les sectes » et le groupe anti-sectes « ADFI ». Notons également qu’Aix-en-Provence est le fief du Dr Jean-Marie Abgrall, gourou bien connu de « l’anti-sectarisme ». Ajoutons à cela que le rapport parlementaire français de 1996 avait pris pour argent comptant l’information selon laquelle l’une des habitudes de La Famille était de prostituer ses enfants, et l’on peut comprendre pourquoi existait un certain doute quant à la probabilité d’une décision impartiale pour les membres de La Famille. »

    Malgré cela, les communiqués de presse des organisations hostiles aux nouvelles religions et diffamant La Famille en les accusant d’abuser de leurs enfants furent repris et imprimés en France par les médias pendant des années, sans discernement, sans que nul ne fasse la moindre tentative pour vérifier les faits en question.

     

    Cour Européenne des droits de l’homme à Strasbourg : « Le droit à la liberté de religion garantie par la Convention exclut tout droit de l’État à déterminer si les croyances religieuses ou les pratiques liées à ces croyances sont légitimes ou non. »

     

    Qui osera aujourd’hui évoquer la terrible détresse des enfants, pendant et après les perquisitions, les menées inquisitoriales des autorités, les interrogatoires interminables, les tentatives de manipulation psychologique dont ils ont fait l’objet pour les faire parler de ce qu’ils auraient subi. Ces agissements ne sont-ils pas justement ceux dont on accuse les membres des sectes coercitives dangereuses, pour employer la terminologie à la mode ?

    Le Pr Melton rapporta que les plus jeunes, terrifiés, affamés et traumatisés, eurent à subir des interrogatoires policiers et ceux d’un psychiatre intervenant notoirement aux côtés de l’ADFI. Si cela est vrai, cela en dit long sur les persécuteurs de ces enfants puisqu’il fut établi que « bien que séparés de leurs parents et malgré la pression subie, les enfants nièrent tout abus sexuel ».

    L’ADFI continuera-t-elle à répandre des rumeurs gratuites ?

    Le gouvernement va-t-il continuer à financer de telles activités avec l’argent public ?

    Malgré tout ce qui avait été entrepris par l’ADFI, ce mouvement, a survécu, et aujourd’hui le tribunal d’Aix-en-Provence a rejeté toutes ces accusations infamantes et infiniment traumatisantes pour les membres de La Famille, petits et grands.

    Quelqu’un a-t-il présenté ses excuses, cherché à se faire pardonner des victimes, rassuré les enfants et offert des compensations financières pour leurs souffrances, si tant est qu’elles fussent quantifiables ?

    Hélas non. Et selon Libération (15 janvier 1999), Jacqueline Burguière, présidente de l’ADFI Provence, s’interrogeait sur cette décision « à l’heure où le ministre de la Justice multiplie les circulaires antisectes ».

    Le tribunal a démontré par sa décision que les pressions politiques et sociales de cette nouvelle inquisition n’ont pas encore totalement infiltré toute la France.

    La justice a triomphé. Cependant, la phrase « Non coupable, vous pouvez vous en aller » ne réparera jamais ces six ans de persécutions. L’ADFI continuera-t-elle à répandre des rumeurs gratuites ? Le gouvernement va-t-il continuer à financer de telles activités avec les fonds publics ?

     

 
 
 

Précédente Suivante
Haut de la page

 

| Précédente | Sommaire | Page d'accueil | Suivante
| Sites Jumelés | Point de Vue | Librairie | Glossaire |
| Présentation | Plus sur la Scientologie |

editeur@freedommag.org

© 1998-2004 Éthique & Liberté. Tous droits réservés.
Informations sur les marques déposées
Recherche
Ethique & Liberté
 

 
 Version text et  images

n° 34 Des fonds publics pour la HAINE n° 33 Les RG : un service incontrôlé
n° 32 La MILS sous les Tropiques n° 31 Le vrai visage de l'extrémisme n° 29 Victoire pour la scientologie
n° 28 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux n° 27 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la Démocratie n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 13 Un Gouvernement sous influence n° 12 L'apologie du soupçon n° 11 Une victoire pour la liberté de religion qui provoque de bien étranges réactions

 
 Version PDF

n° 27  Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la démocratie - la France s'apprête à voter une loi d'exception n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 12 L'apologie du soupçon

 
 Télécharger Acrobat