Page d'accueil E-mail Glossaire Librairie Votre Avis Sites Jumelés
Éthique & Liberté - Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République  

Page    1  |   2  |   3  |   4  |   5  |   6  |   7  |   8  |   9  |   10  |   11  |   12  |   13  |   14  |  

 
La France a une longue tradition de persécutions religieuses


 S
’ IL EST une constante de l’Histoire de France de ces mille dernières années qui devrait faire un peu plus réfléchir nos élus c’est bien la persécution officielle de mouvements religieux jugés gênants par les tenants du statu quo, cramponnés à leurs privilèges. « Cette persécution se fait toujours au nom des mêmes principes : protection du citoyen et protection de l’ordre public. Le mouvement persécuté n’est d’ailleurs jamais présenté comme une vraie religion par ceux qui le persécutent. C’est une hérésie, une fausse religion, ou une secte », commente un spécialiste.

Par exemple, la religion protestante est dénigrée sous l’appellation de religion prétendue réformée (R.P.R) par les catholiques. La persécution apparaît toujours sordide après coup. Mais lorsqu’elle bat son plein, elle a été précédée par de telles campagnes de désinformation qu’elle apparaît pleinement justifiée à la majorité des citoyens. Comme l’écrit l’historien Pierre Barrucand : « La virulence des attaques contre une minorité paraît toujours abusive et inacceptable... après coup. Sur le moment très peu de gens échappent à l’intoxication de la peur engendrée par la propagande de quelques individus habités par une haine quasi pathologique et qui se nourissent les uns les autres d’une idéologie de l’exclusion ».

Voici une liste non exhaustive de persécutions diverses que les citoyens d’aujourd’hui réprouvent avec une belle unanimité, mais contre lesquelles très peu de personnes se sont élevées à l’époque des faits :

  • En 1215, le concile de Latran décrète que tous les juifs doivent porter sur leurs vêtements un signe distinctif : la rouelle. Tout au long du Moyen-Age de nombreux juifs, accusés de se livrer à des sacrifices d’enfants, périront en France sur le bûcher. Cette rumeur persistera jusqu’au dix-septième siècle. En fait, les actes antisémites officiels ne cesseront en France qu’à la Libération.

  • Le 16 mars 1244, environ deux cents cathares, hommes, vieillards, femmes, enfants sont brûlés vifs sur le bûcher de Montségur. C’est le tragique dénouement d’une longue suite de massacres, la croisade contre les Albigeois (cathares de la région d’Albi), commencée en 1208. Les cathares prônaient une vie austère, détachée des biens matériels, ce qui, au XIIIe siècle, tranchait avec l’opulence du clergé catholique. L’Église voua une haine implacable non seulement envers les cathares mais encore envers tous ceux qui les protégeaient.

  • Le 13 octobre 1307, dans tout le royaume, les Templiers sont arrêtés sur ordre du roi et leurs biens sont confisqués. C’était un ordre militaire de moines soldats, fondé lors de la première croisade, deux siècles plus tôt. Les Templiers étaient devenus extrêmement populaires et il faudra au roi qui convoitait leurs richesses une très longue campagne de désinformation, de propagation des rumeurs les plus scabreuses sur leur compte pour faire accepter par le peuple l’arrestation brutale des Templiers. Les chevaliers comparaissent devant le tribunal de l’Inquisition en novembre 1307. Des aveux leur sont extorqués sous la torture. L’Ordre est dissous par bulle pontificale en 1312. Le grand maître de l’Ordre, Jacques de Molay, est brûlé vif le 19 mars 1314.

  • Le 24 août 1572, sur ordre du jeune roi Charles IX, conseillé par sa mère Catherine de Médicis, plusieurs milliers de protestants sont massacrés dans les rues de Paris. Un bourgeois de passage à Paris note : « le sang coulait dans les rues comme s’il en pleuvait ». Dans les jours qui suivront, plus de dix mille protestants seront massacrés en province. Michel de l’Hopital, ministre du roi Henri IV, dira plus tard : « Périsse à jamais ce jour néfaste pour l’Histoire ».

  • Le 16 octobre 1685, Louis XIV révoque l’Édit de Nantes. L’article 2 dispose : « Défendons à nos dits sujets de la religion prétendue réformée de plus s’assembler pour faire l’exercice de la dite religion, en aucun lieu et maison particulière (...) ». L’article 8 dispose : «A l’égard des enfants qui naîtront de ceux de la dite religion prétendue réformée, nous voulons qu’ils soient baptisés par les cures des paroisses. Enjoignons aux pères et mères de les envoyer aux églises à cet effet là, à peine de cinq cents livres d’amende (...) ». Environ 300 000 protestants s’enfuient et émigrent vers les pays voisins. Les protestants restés en France seront persécutés jusqu’à la révolution française.

  • Le 7 juillet 1904, une loi interdit à toutes les congrégations religieuses de dispenser un enseignement. Cette loi entraînera la fermeture de 2 400 écoles et l’exil hors de France de plusieurs dizaines de milliers de congréganistes.

  • Les 16 et 17 juillet 1942, la police française (Gendarmerie, Garde Mobile, Police Judiciaire, Renseignements Généraux) arrête 12 884 Juifs, dont 4 051 enfants. Les familles avec enfants sont parquées au vélodrome d’hiver durant plus d’une semaine avant d’être livrées aux allemands. A la fin du mois d’août 11 000 juifs sont arrêtés au cours d’une deuxième vague d’arrestations. Dans d’autres pays, les autorités refusent de collaborer avec l’occupant. Les finlandais n’acceptent pas de livrer leurs juifs. Le roi du Danemark refuse en 1942 d’imposer aux juifs le port de l’étoile jaune et la police danoise organisera par la suite en secret la fuite de la population juive. Très peu de juifs seront arrêtés par les allemands au Danemark.


Précédente Suivante
Haut de la page

 

| Précédente | Sommaire | Page d'accueil | Suivante
| Sites Jumelés | Point de Vue | Librairie | Glossaire |
| Présentation | Plus sur la Scientologie |

editeur@freedommag.org

© 1998-2004 Éthique & Liberté. Tous droits réservés.
Informations sur les marques déposées
Recherche
Ethique & Liberté
 

 
 Version text et  images

n° 34 Des fonds publics pour la HAINE n° 33 Les RG : un service incontrôlé
n° 32 La MILS sous les Tropiques n° 31 Le vrai visage de l'extrémisme n° 29 Victoire pour la scientologie
n° 28 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux n° 27 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la Démocratie n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 13 Un Gouvernement sous influence n° 12 L'apologie du soupçon n° 11 Une victoire pour la liberté de religion qui provoque de bien étranges réactions

 
 Version PDF

n° 27  Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la démocratie - la France s'apprête à voter une loi d'exception n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 12 L'apologie du soupçon

 
 Télécharger Acrobat