Page d'accueil E-mail Glossaire Librairie Votre Avis Sites Jumelés
Éthique & Liberté - Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
La Commission d'enquête publique révèle des violations des Droits de l’Homme  

Page    1  |   2  |   3  |   4  |   5  |   6  |   7  |   8  |   9  |   10  |   11  |   12  |   13  |   14  |   15  |   16  |  

 

A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l’audience
LA COMMISSION D’ENQUÊTE PUBLIQUE
révèle des violations des Droits de l’Homme

Image
Témoignages émouvants devant une salle comble lors de l’audience publique sur les violations des droits de l’Homme par le chef de la MILS et ses amis. Formation de la « Coordination pour la liberté de conscience »

« À la barre, les témoins parlent “d’inquisition”, de véritable “ostracisme”, de “persécution”. Seuls manquent à l’appel les accusés. Sur des chaises vides, leurs noms figurent en caractères gras. Ce sont le sénateur Nicolas About, le député Alain Vivien et le maire de Paris, Jean Tibéri. »
France Soir,
4 mars 2000

L
IBÉRATION parle d’une salle électrique. Parce que pour la première fois, dans une enceinte publique, des experts internationaux des droits de l’Homme et de la liberté religieuse entendaient les témoignages dramatiques de citoyens français dont la vie a été brisée en raison de leurs convictions religieuses.

Plus de 300 personnes, membres de 38 minorités religieuses, ont participé le 3 mars dernier à l’audience publique organisée par l’Église de Scientologie au Forum de Grenelle, à Paris. Venues de la France entière, trente-neuf victimes d’abus ont déposé leur témoignage sur la discrimination subie dans leur vie privée et professionnelle à cause de leurs croyances religieuses. De nombreuses autres victimes ont souhaité témoigner mais n’ont pu le faire du fait du temps imparti.

« Tour à tour, les mouvements [...] défilent à la barre pour se plaindre du “harcèlement sectuel”, de la “nouvelle Inquisition” [...] Ça et là, quelques mouvements arborent des étoiles jaunes en signe de discrimination », note Le Monde.

Alain Vivien, le sénateur Nicolas About et le maire de Paris Jean Tibéri ont brillé par leur absence. Ils avaient été convoqués pour répondre de leurs actes, accusés de violation des droits de l’Homme à l’encontre des membres des 172 groupes religieux de la liste noire établie par la commission parlementaire de 1996.

La chanteuse Nayah, membre du mouvement raélien
La chanteuse Nayah, membre du mouvement raélien. Après sa sélection pour représenter la France au concours de l’Eurovision, elle est devenue la cible d’un véritable harcèlement qui a entraîné la rupture de nombreux contrats.

Alain Vivien est à la tête de la Mission Interministérielle de Lutte contre les sectes (M.I.L.S), dont l’existence même est en contradiction flagrante avec le principe constitutionnel de la laïcité de l’État. Nicolas About est l’auteur d’une proposition de loi répressive destinée à permettre aux pouvoirs publics de dissoudre toute association jugée religieusement incorrecte. Quant à J. Tibéri, il souhaite mettre en place des « ghettos », des zones d’exclusion pour les membres des religions minoritaires, qu’il nomme « périmètres de sécurité. »

Mais ces artisans de l’intolérance ne se sont pas montrés. S’ils s’étaient présentés, ils auraient été interrogés par la commission d’experts afin de déterminer si leurs actes sont en contradiction avec la Constitution française et les conventions internationales sur les droits de l’Homme.

La M.I.L.S a fait paraître un communiqué de presse dicté par l’arrogance qui la caractérise.

Une tribune offerte aux victimes de discrimination religieuse constitue, selon la MILS, « une grossière violation des principes constitutionnels ». Pourtant la Constitution française énonce dans son article premier : « [la République] assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »

Cela n’est pas sans nous rappeler la rhétorique du gouvernement chinois, qui prétend que la liberté de religion se porte parfaitement bien dans la République populaire alors que des fidèles sont jetés en prison pour délit de méditation.

« Mettre fin à cette dérive totalitaire »

La journée était animée par Joël Labruyère, président de l’Omnium des Libertés, association qui se consacre à la défense des libertés individuelles.

Alain Vivien, le sénateur Nicolas About et le maire de Paris Jean Tibéri ont brillé par leur absence. Ils avaient été convoqués pour répondre de leurs actes, accusés de violation des droits de l’Homme.

Participaient également à cette commission d’experts : le Révérend N.-J. L’Heureux, secrétaire du Comité pour la liberté religieuse du Conseil national des Églises, l’une des plus grandes associations religieuses américaines ; Irving Sarnoff, président fondateur de l’ONG Les Amis des Nations Unies, défenseur de longue date du mouvement pour les Droits Civiques aux États-Unis ; le Dr Gabriele Yonan, spécialiste des religions à l’Université libre de Berlin ; Daoud Rosser-Owen, président de l’Association des musulmans britanniques ; le pasteur protestant Robert Hostetter, de Belgique ; Philippe Gast, docteur en Droit.

Mme Leisa Goodman, responsable du bureau des Droits de l’Homme pour l’Église de Scientologie Internationale, a prononcé l’allocution d’ouverture de la conférence :

« Ceux qui, en France violent les principes des droits de l’Homme et les libertés garanties par la Constitution, travaillent à la marginalisation, voire à la destruction des droits des pratiquants des religions minoritaires . En agissant ensemble, nous mettrons fin à cette dérive totalitaire qui s’attaque à la liberté de conscience et de religion, et à la démocratie en France. »

Les victimes ont témoigné tout au long de la journée de la discrimination générée par la M.I.L.S et ses appuis politiques.

Des membres de minorités religieuses
Des membres de minorités religieuses ont témoigné tout au long de la journée devant un panel d’experts, et ont annoncé la formation d’une “Coordination contre la nouvelle Inquisition”.

La chanteuse Nayah, membre du mouvement raélien, a exposé devant la commission comment, après avoir été sélectionnée pour représenter la France au concours de l’Eurovision, elle est devenue la cible d’un véritable harcèlement visant à détruire sa carrière. L’artiste déclare avoir été traitée « comme une citoyenne de seconde classe. Il faut se mobiliser contre cette chasse aux sorcières typiquement française. » Un autre témoin a raconté, les larmes aux yeux, comment sa fille lui avait été enlevée pour le seul motif de ses convictions religieuses.

Un représentant de La Famille, mouvement chrétien évangélique, expliqua comment en 1993, les pouvoirs publics, se basant sur de fausses accusations portées par l’Association pour la Défense de la Famille et de l’Individu (ADFI), avaient ordonné une perquisition chez certains de leurs membres et leur avaient arraché brutalement leurs enfants. Plus de 200 gendarmes armés, firent irruption dans les maisons. 50 adultes et 90 enfants furent mis en garde à vue.

Des parents, menottes aux poignets, furent traînés dans des escaliers et le long d’une allée de gravier sous les yeux de leurs enfants. Une jeune fille de 15 ans dut rester menottée pendant quatre heures, vêtue de ses seuls sousvêtements. Pendant que leurs parents étaient interrogés, les plus jeunes furent emmenés dans des centres de détention aux allures de forteresse, à peine nourris et examinés sans ménagement.

En janvier 1999, le tribunal d’Aixen-Provence rendit son verdict. Les accusations étaient sans fondement. Tous les membres bénéficièrent d’un non-lieu, sans que rien ne puisse jamais effacer le souvenir de ces séparations brutales et traumatisantes.

La réaction de l’ADFI ? Elle qualifia la décision du tribunal de catastrophe et fit appel, ce qui fut rejeté le 24 février 2000 par la cour d’Aixen-Provence.

Témoignages

Nombre de témoins ont parlé de licenciements, de harcèlement fiscal, de gardes d’enfant retirées, de comptes en banque fermés, de listes noires et de ruptures de contrats, tous dus à leur appartenance à un mouvement religieux minoritaire.

Une jeune femme de 21 ans témoigna de façon bouleversante des mensonges et de la discrimination dont elle est la cible depuis son enfance en tant que membre de La Famille. Aux yeux des témoins, des groupes comme l’ADFI portent avec certains hommes politiques la responsabilité de leurs souffrances.

Les faits sur lesquels la commission souhaitait entendre A. Vivien et ses acolytes, dont les chaises sont restées vides, concernent les violations des droits de l’homme suivantes :

  • Incitation à la haine à l’encontre des membres de communautés religieuses ayant entraîné des violences physiques ou des dégradations de biens ;

  • Préconiser une législation d’exception à l’encontre de personnes en raison de leur appartenance à un nouveau mouvement religieux ;

  • Utiliser sa fonction officielle pour préconiser une réglementation des croyances en violation de la Constitution française et des textes internationaux ;

  • Se livrer à une réinterprétation de la constitution et des traités internationaux sur les Droits de l’Homme pour exclure de leur protection la foi des religions minoritaires ;

  • Fabriquer des allégations erronées à l’égard des minorités spirituelles ;

  • Abuser d’une position officielle pour diffuser des informations erronées au sujet des minorités spirituelles auprès de différents ministères sous prétexte de coordination interministérielle ;

  • Diffuser dans les media des déclarations diffamatoires sur des associations, entraînant des traitements discriminatoires.

En conclusion, J. Labruyère a assuré aux participants :

« Nous allons attirer l’attention des instances internationales sur les menaces qui pèsent sur la liberté de conscience en France ».

Les participants se sont mis d’accord pour créer une Coordination pour lutter contre les nouvelles formes d’Inquisition afin de contrer la menace que constitue une structure telle que la MILS. Ses délégués collecteront à travers toute la France, Marseille, Lille, Rennes, Bordeaux, Lyon, etc. les preuves des actes destructeurs des opposants aux nouvelles formes de spiritualité.

Les dossiers rassemblés seront adressés aux organisations Internationales de Défense des Droits de l’Homme, aux médias et à toute personne désireuse d’agir pour mettre fin à cette « nouvelle Inquisition ».

Précédente Suivante
Haut de la page

 

| Précédente | Sommaire | Page d'accueil | Suivante |
| Sites Jumelés | Point de Vue | Librairie | Glossaire |
| Présentation | Plus sur la Scientologie |

editeur@freedommag.org

© 1998-2004 Éthique & Liberté. Tous droits réservés.
Informations sur les marques déposées
Recherche
Ethique & Liberté
 

 
 Version text et  images

n° 34 Des fonds publics pour la HAINE n° 33 Les RG : un service incontrôlé
n° 32 La MILS sous les Tropiques n° 31 Le vrai visage de l'extrémisme n° 29 Victoire pour la scientologie
n° 28 Intolérance : la France sous surveillance n° 27 Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la Démocratie n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 13 Un Gouvernement sous influence n° 12 L'apologie du soupçon n° 11 Une victoire pour la liberté de religion qui provoque de bien étranges réactions

 
 Version PDF

n° 27  Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la démocratie - la France s'apprête à voter une loi d'exception n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 12 L'apologie du soupçon

 
 Télécharger Acrobat