Page d'accueil E-mail Glossaire Librairie Votre Avis Sites Jumelés
Éthique & Liberté - Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
Le traitement des Minorités spirituelles dénoncé devant le Congrès Américain  

Page    1  |   2  |   3  |   4  |   5  |   6  |   7  |   8  |   9  |   10  |   11  |   12  |   13  |  

 

« Un pur produit de l’hystérie »

Les organisations de défense des Droits de l’Homme en Europe et aux Etats-Unis s’accordent à conclure que l’action de la MILS a accru dans de fortes proportions l’intolérance religieuse, et a sérieusement terni la réputation de la France au sein de la communauté internationale des Droits de l’Homme.

Deux propositions de loi récentes ont rendu la position de la France encore plus délicate. La première, présentée en décembre 1999 par le sénateur Nicolas About, était une extension de la loi de 1936 destinée à permettre la dissolution de groupes violents. Le projet de loi About fut fortement critiqué en France et à l’étranger, et avorta. Des efforts redoublés donnèrent naissance à la dernière proposition en date, celle du député Catherine Picard, amalgamant certains éléments issus de la loi About et d’autres propositions. Il s’agit à nouveau de mettre à la disposition des pouvoirs publics une législation d’exception leur permettant de dissoudre des groupes religieux, tout en proposant de plus la création très contestée d’un nouveau délit, la soi-disant manipulation mentale.

« La proposition de loi est fondamentalement le résultat de l’hystérie générée par la MILS et son président Alain Vivien à propos des religions minoritaires. » a déclaré M. L’Heureux lors de sa déposition devant la Commission.

« Je demande solennellement aux membres de la Commission et à son président d’informer de la façon la plus claire le gouvernement français que, si cette loi était votée, elle remettrait en cause la participation de la France aux accords d’Helsinki. Une telle loi serait un véritable cancer pour la démocratie en France. »

“Désinformation, provocation et allégations mensongères”

Le refus obstiné de tout dialogue de la part des principaux acteurs du mouvement anti-sectes a été l’un des points les plus critiqués de l’attitude française. Ceux qui cherchent à ouvrir le dialogue se sont même vus accuser à plusieurs reprises d’être eux-mêmes membres d’une secte.

Un congressman
Un congressman

De plus, la MILS ” utilise fréquemment une rhétorique anti-américaine pour tenter de justifier ses positions en pensant que cela “sonne juste” en France », a ajouté le Dr Jeremy Gunn.

Le Dr Gunn avait effectué un voyage en France et dans d’autres pays européens en avril 1999, en compagnie de deux autres délégués du Bureau du Département d’État Américain pour la Liberté Religieuse Internationale. Il a témoigné de la façon dont Alain Vivien, pour discréditer les travaux de la Commission, avait accusé à tort Mme Karen Lord, membre de la délégation et conseil auprès de la Commission du Congrès d’Helsinki, d’être affiliée à l’Église de Scientologie. Alain Vivien refusa de lui être présenté, et même de répondre à ses questions au cours de la réunion, insistant sur le fait « qu’il savait déjà » qui elle était.

« En un mot, l’affirmation de M. Vivien est fausse, et je suis certain qu’il ne peut pas apporter la moindre preuve », a dit le Dr Gunn.

« Mais le point le plus important n’est pas que M. Vivien ait proféré une affirmation mensongère destinée à discréditer Mme Lord ou les efforts des États-Unis pour la promotion de la liberté religieuse », a poursuivi le Dr Gunn. « L’important, c’est que sa façon de répondre aux questions sur la discrimination religieuse est une parfaite illustration de la tactique largement employée dans les campagnes “anti-sectes” : l’utilisation de la désinformation, de la provocation et d’allégations mensongères dans le but de discréditer les personnes et les groupes. »

Le Dr Gunn a aussi fait référence au vocabulaire (tendancieux) utilisé avec cette volonté de discréditer mouvements de pensée et individus. Par exemple, si un membre d’une soi-disant secte travaille ou est censé travailler dans une entreprise ou une administration, on utilisera le terme infiltration. « Lorsqu’un catholique ou un membre de l’Église réformée enseigne dans une école, c’est un enseignant. Mais s’il est membre d’un des groupes visés, il “infiltre” ».

Respecter les textes en vigueur

Un consensus s’est établi parmi témoins et participants à cette audience du Congrès américain : il est nécessaire d’ouvrir un véritable dialogue si l’on veut résoudre les problèmes réels ou supposés liés aux minorités religieuses.

Il est tout aussi important de respecter les textes des Conventions sur les Droits de l’Homme que la France et les autres pays mis en cause ont ratifiés. Ces textes constituent aussi une référence objective pour mesurer toute régression ou violation, et ne permettent pas d’interprétation à géométrie variable des normes à appliquer.

L’ambassadeur Robert Seiple a insisté : « Je veux mettre tout particulièrement l’accent sur le fait que les textes dont les États-Unis demandent le respect ont été acceptés de plein gré par ces pays. Tous ont adhéré aux conventions internationales qui protègent la liberté de conscience et la liberté de religion, parmi lesquelles la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la Convention Européenne sur les Droits de l’Homme et la Convention Internationale sur les Droits civils et politiques. »


Précédente Suivante
Haut de la page

 

| Précédente | Sommaire | Page d'accueil | Suivante |
| Sites Jumelés | Point de Vue | Librairie | Glossaire |
| Présentation | Plus sur la Scientologie |

editeur@freedommag.org

© 2001-2004 Éthique & Liberté. Tous droits réservés.
Informations sur les marques déposées
Recherche
Ethique & Liberté
 

 
 Version text et  images

n° 34 Des fonds publics pour la HAINE n° 33 Les RG : un service incontrôlé
n° 32 La MILS sous les Tropiques n° 31 Le vrai visage de l'extrémisme n° 29 Victoire pour la scientologie
n° 28 Intolérance : la France sous surveillance n° 27 Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la Démocratie n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 13 Un Gouvernement sous influence n° 12 L'apologie du soupçon n° 11 Une victoire pour la liberté de religion qui provoque de bien étranges réactions

 
 Version PDF

n° 27  Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la démocratie - la France s'apprête à voter une loi d'exception n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 12 L'apologie du soupçon

 
 Télécharger Acrobat