Page d'accueil E-mail Glossaire Librairie Votre Avis Sites Jumelés
Éthique & Liberté - Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
La MILS sous les Tropiques  

Page    1  |   2  |   3  |   4  |   5  |   6  |   7  |   8  |   9  |   10  |   11  |   12  |   13  |   14  |  

 

La MILS sous les Tropiques

En trois ans, les voyages des membres de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes (MILS) - au total 88 voyages dans 43 pays - ont coûté cher aux contribuables.

Un « gâteau » d’1 million d’euros


Une commission gouvernementale qui n’a pas d’équivalent en Europe, - « l’exception française », encore une fois - vient de donner un exemple scandaleux de désinformation et de gaspillage des fonds publics. Les documents comptables obtenus par Éthique et Liberté révèlent que les contribuables français paient, sans le savoir, les nombreux voyages effectués vers toutes sortes de destinations exotiques par les membres de la dénommée « Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes » (MILS), mise en place par le gouvernement Jospin sous l’autorité directe du cabinet du Premier Ministre. Ces révélations ont encore accru la polémique autour d’une Mission déjà déchirée par les dissensions, les luttes de pouvoir et les démissions en chaîne, dont celle de son président, et accusée d’avoir rendu des rapports contenant nombre d’inexactitudes.

Il n’a pas été facile d’obtenir ces nouvelles informations sur la gestion financière de la MILS, qui n’ont été communiquées qu’après saisine de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA). Pour la seule année 2001, la Mission Interministérielle a consacré 35 % de ses dépenses aux voyages à l’étranger, son budget total s’élevant à 1 Million d’euros.

Voyages, voyages...

Ainsi, en trois ans, des membres de la Mission et son président ont effectué 88 voyages dans 43 pays, ce qui représente par exemple, pour la seule année 2000, 491 journées d’absence. Au catalogue des destinations, on trouve Abidjan, Athènes, Hong-Kong, Minneapolis, la Nouvelle-Zélande, l’Ouzbékistan, Vancouver, Rio de Janeiro, Antananarivo, Saint-Martin, etc. Palmiers et sable fin au menu. Les territoires d’Outre-mer n’ont pas été oubliés. Martinique, Guadeloupe, Nouvelle-Calédonie et Polynésie Française ont fait l’objet de visites régulières. La palme revient cependant à la Guyane, département de 114 000 habitants, où quatre hauts fonctionnaires se sont rendus à cinq reprises, sans doute tombés sous le charme de Cayenne dès leur premier séjour d’une semaine en octobre 1999.

La situation aurait pu être moins choquante si cette commission avait eu un objet essentiellement international. Ce n’était nullement le cas, sa mission étant d’agir dans le cadre de l’Hexagone.

En effet, c’est dans le cadre de la lutte contre les nouveaux mouvements religieux, philosophiques et thérapeutiques que les membres de la « Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes » (MILS), sous la houlette d’Alain Vivien, pourfendeur professionnel de l’inorthodoxie religieuse, que ces voyages ont été effectués.

Le budget alloué pour l’année 2000 à cette commission bien lotie était de 7 109 424 Francs, soit 1 083 824 Euros. Comme en 2001, les voyages ont absorbé pratiquement un tiers des dépenses.

Les « blancs » des rapports de la MILS

D’autres voyages révélés par les relevés comptables soulèvent de sérieuses questions.

La gestion de la MILS démontre aussi un apparent mépris pour les règles de la transparence financière dans une démocratie, puisque nombre de ces voyages ne sont même pas mentionnés dans les rapports d’activité annuels.



A l’instar de ces « blancs » des RG (des notes anonymes rédigées sans dévoiler la source des informations) qu’affectionne tant Alain Vivien, les rapports de la MILS ont tout simplement occulté certains voyages.

Escamoté, le voyage à Abidjan aux frais de la MILS, effectué par un membre de la mission au même moment qu’Alain Vivien, qui se trouvait alors en Côte d’Ivoire avec sa casquette de président de l’Association Française des Volontaires du Progrès.

Disparu, le séminaire de Nicosie (Ile de Chypre) du 25 au 29 septembre 2000, auquel 4 membres de la MILS, dont son président, ont pourtant assisté. Les résultats fracassants d’une étude de première importance sur le satanisme et l’occultisme, réalisée auprès des élèves des collèges de l’île, y ont été dévoilés, révélant que les enfants chypriotes considéraient comme satanique la musique rock et « heavy metal ». En dehors de la France, si largement représentée, aucun pays étranger n’avait jugé bon de participer. Seuls quelques intervenants grecs étaient venus en voisins. Mais l’air est si doux, en septembre, à Chypre...

D’après un article paru dans VSD (22-28 août 2002), ces « blancs » seraient loin d’être le seul problème lié aux rapports de la MILS. Daniel Groscolas, inspecteur général au Ministère de l’Éducation nationale, qui a démissionné du conseil d’orientation de la MILS le 11 janvier 2001, a écrit à Lionel Jospin. Il prétend qu’Alain Vivien aurait monopolisé les rapports de la MILS, qui selon lui contiendraient des « inexactitudes et affirmations mensongères ».

Sans motif valable

Jusqu’à présent, personne à la MILS n’a été en mesure de justifier ces voyages. Par un hasard du calendrier, Alain Vivien a annoncé le 18 juin dernier sa démission de la présidence de la Mission, peu après la décision de la CADA de faire respecter le droit des citoyens à contrôler les dépenses publiques, en obligeant la MILS à communiquer ses comptes.

Il laisse derrière lui une commission déjà paralysée par les dissensions internes, les luttes pour le pouvoir et le fanatisme. Selon l’article de VSD, la MILS et sa mouvance d’associations militantes, comme l’UNADFI et le CCMM, seraient face à une situation explosive. Un des principaux membres du Conseil d’orientation de la MILS, écarté début 2001, affirme que son départ s’explique par « la volonté de Vivien d’éliminer tout ce qui pouvait lui faire de l’ombre ». « Alain Vivien », ajoute-t-il, « a détourné la lutte à son seul profit ».

Les voyages lointains faisaient apparemment partie de ces profits.

Les mystères de l’Orient

Les voyages de la MILS dévoilés par Danièle Gounord lors d’une conférence de presse le 23 juillet 2002

Entre autres destinations - clés, A. Vivien a choisi le Grand Orient, autrement dit la Chine, pays avec lequel il entretient des liens très étroits.

Dès novembre 2000, il assistait en tant qu’« observateur » à un symposium sur les « sectes » organisé par le gouvernement de Pékin, en compagnie de 2 autres membres de la MILS et de son épouse, directrice administrative du très actif CCMM, dont il venait juste de quitter le fauteuil de président. À notre connaissance, Alain Vivien était le seul représentant officiel d’un gouvernement occidental à assister au symposium.

Les dirigeants chinois, tristement connus pour leurs violations des droits de l’homme, ne cachent pas qu’ils considèrent la France comme un modèle pour leur propre politique d’intolérance ; ils avaient donc tout pour devenir des élèves attentifs de la MILS. Quelques semaines seulement après le symposium, le gouvernement lançait une campagne sans précédent contre des mouvements chrétiens, détruisant quelque 1 500 lieux de culte « non autorisés », tout en poursuivant sa lutte contre le mouvement bouddhiste Falun Gong qui, selon les associations de droits de l’homme, aurait déjà fait des centaines de morts. Les violations continuent. Trois prêtres catholiques viennent d’ailleurs d’être jetés en prison en application de la loi « antisectes » chinoise, directement inspirée de l’exemple français.

...........................

Le budget alloué pour l’année 2000 à la MILS était de 7 109 424 francs, soit 1 083 824 Euros. [...] Les voyages ont absorbé pratiquement un tiers des dépenses.
...........................
Mais Alain Vivien avait peut-être autre chose en tête que la découverte des mystères de l’Orient en s’y rendant avec son épouse. Selon des sources proches de la MILS, il aurait rêvé d’obtenir du gouvernement Jospin sa nomination à un poste d’ambassadeur, et pourquoi pas à Pékin.

La France de 2002

Éthique et Liberté vient de déposer une requête auprès de la Cour des Comptes pour que toute la lumière soit faite sur ces déplacements exotiques et l’usage des deniers publics par la commission présidée par Alain Vivien.

Les sujets d’étonnement ne manquent pas. N’en doutons pas, la « France d’en bas » sera sensible aux 3 974 francs dépensés en boîtes de quatre feutres, ce qui, en estimant à 20 francs le coût d’une boîte, nous met à pratiquement 800 feutres (pour 16 personnes).

Les scientologues ont déposé une requête auprès du Conseil d’État (voir encadré) pour demander l’abrogation du décret fondateur de la MILS, dont les méthodes comme les moyens sont aujourd’hui publiquement contestés.

Les citoyens n’ont pas à financer une « guerre sainte » menée à l’étranger par des globe-trotters zélés qui s’arrogent le droit de parler au nom de la France et de ternir son image au sein de la Communauté internationale des droits de l’homme.

La MILS, organe d’une nouvelle inquisition, n’a décidément plus sa place dans la France multiculturelle de 2002.

 

Laurent Lesage

Précédente Suivante
Haut de la page

 

| Précédente | Sommaire | Page d'accueil | Suivante |
| Sites Jumelés | Point de Vue | Librairie | Glossaire |
| Présentation | Plus sur la Scientologie |

editeur@freedommag.org

© 2004 -2004 Éthique & Liberté. Tous droits réservés.
Informations sur les marques déposées
Recherche
Ethique & Liberté
Le journal des Droits de l'Homme de l'Église de Scientologie
 

 
 Version text et  images

n° 34 Des fonds publics pour la HAINE n° 33 Les RG : un service incontrôlé
n° 32 La MILS sous les Tropiques n° 31 Le vrai visage de l'extrémisme n° 29 Victoire pour la scientologie
n° 28 Intolérance : la France sous surveillance n° 27 Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la Démocratie n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 13 Un Gouvernement sous influence n° 12 L'apologie du soupçon n° 11 Une victoire pour la liberté de religion qui provoque de bien étranges réactions

 
 Version PDF

n° 27 Français, on vous ment ! n° 26 Associations condamnées à mort - Ridicule mais dangereux
n° 25 La France va t-elle légaliser la chasse aux « Hérétiques »? n° 24 Faut-il dissoudre les partis politiques? n° 23 Le rendez-vous de la Liberté
n° 22 Ils courent pour les droits de l'Homme n° 21 Pleins Feux sur la France: Le traitement des minorités spirituelles dénoncé devant le congrès américain n° 20 Le Glas de la Démocratie - 18 députés votent une législation d'exception
n° 19 Le Glas de la démocratie - la France s'apprête à voter une loi d'exception n° 18 A. Vivien et ses collègues ont refusé de se présenter à l'audience n° 17 L'exception Française
n° 16 Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République n° 15 La France et Bruxelles accueillent les coureurs qui ont traversé l'Europe n° 14 La France mise à l'index
n° 12 L'apologie du soupçon

 
 Télécharger Acrobat